[] []
Accueil| MONOXYDE DE CARBONE

MONOXYDE DE CARBONE

- MONOXYDE DE CARBONE -

La CGL dénonce des négligences qui peuvent mettre en danger la vie de locataires

- Paris le 21 octobre 2021 -

 

La Confédération Générale du Logement (CGL) réagit à l’incident survenu en fin de semaine dernière au 1 rue Yves Farges à Tremblay-en-France où des locataires HLM, intoxiqués au monoxyde de carbone, ont dû être hospitalisés de toute urgence. Ces familles ne sont pas les premières à souffrir de la négligence de VILOGIA. Déjà par le passé, des problèmes avaient été signalés.

 
Passoires thermiques : Des locataires intoxiqués au monoxyde de carbone

 

Le 15 octobre 2021 vers 9 heures les locataires de la résidence VILOGIA, 1 rue Yves Farges à Tremblay-en-France, ont vu des pompiers courir dans l’immeuble en direction du 8ème étage. Ils avaient été appelés par les occupants de l’appartement 804, intoxiqués par le monoxyde de carbone.
 

Le monoxyde de carbone est un gaz incolore, inodore, invisible et mortel, donc fortement toxique, qui peut faire perdre connaissance et même tuer en quelque minutes, car aucun de nos sens ne nous avertit de sa présence. Ce gaz est généré par des appareils de chauffage ou de cuisson qui marchent au gaz, au bois, au charbon, à l’essence, au fuel ou à l’éthanol. Il prend peu à peu la place de l’oxygène dans le lieu concerné.

 
Grâce à la rapidité des pompiers, les locataires ont été mis à l’abri et envoyés à l’hôpital pour passer des examens qui ont permis de déterminer la gravité de leur état de santé. Ils sont restés plusieurs heures sous oxygène à l’hôpital, qu’ils ont pu finalement quitter le lendemain.

Deux des enfants hospitalisés ont été les plus touchés, dont une fillette de 3 ans restée longtemps sous surveillance oxygène, qui risque de conserver des séquelles de ce traumatisme.

La famille a préféré quitter le logement pour se mettre à l’abri ailleurs, le temps de se remettre de ce traumatisme et appréhender les mesures du bailleur.
D’après les locataires, les pompiers auraient signalé que l’intoxication a été causée par un dysfonctionnement de la chaudière à gaz individuelle (appelée aussi chauffe-eau) située dans la cuisine de chaque appartement.
 

Des négligences de bailleur qui peuvent coûter la vie à des locataires

Après cet accident, l’arrivée du gaz a été fermée dans tout l’mmeuble (plus de chauffage ni d’eau chaude), probablement sur demande du bailleur, puisque des techniciens sont intervenus dans plusieurs logements pour vérifier les chaudières.

Le Maire de la Ville est intervenu auprès de plusieurs familles pour les soutenir.

Michel Fréchet, Président de la Confédération Générale du Logement (CGL) soulève plusieurs questions au nom de l’association : “ VILOGIA est le garant de la sécurité des locataires, or plusieurs locataires ont failli perdre la vie… Et d’autres se plaignaient déjà de maux de tête en amont. Nous devons déterminer dans quelle mesure le bailleur a manqué à ses devoirs dans cette affaire pour éviter de mettre en danger d’autres locataires en France. VILOGIA doit dire aux locataires si et quand les chaudières ont été entretenues, et si cet entretien a été fait correctement. VILOGIA a également le devoir de contrôler les entreprises qui entretiennent les équipements dans les logements. Aujourd’hui, qui va s’assurer que VILOGIA remplit bien ces devoirs et ne met pas en danger d’autres familles ? ” s’inquiète-t-il.

Adhérez à la CGL

En adhérant à la CGL vous intégrez une organisation agréée par l’Etat comme organisation de défense des consommateurs qui représente les habitants et qui est présente dans plusieurs instances face aux bailleurs, promoteurs et pouvoirs publics.


Dans ce numéro :

 

INTERVIEW  : Point de situation avec Monsieur Fréchet

ACTUALITÉ : Le Proto-habitat : un nouveau modèle de logement

ACTUALITÉ : Faire face à la pénurie de nouveaux logements

> Abonnez-vous