Accueil| La CGL| Nos dernières actualités| REVUE DE PRESSE DE LA CGL DU 27 FÉVRIER AU 10 MARS 2017

REVUE DE PRESSE DE LA CGL DU 27 FÉVRIER AU 10 MARS 2017

 

LOGEMENT

1. Se porter caution n’est pas un acte anodin

 

Le garant, qui aide un proche à obtenir une location, ne sait pas toujours à quoi il s’engage. En ces temps où se loger est un parcours du combattant, aider un proche à décrocher une location consiste, pour certains, à se porter garant ou caution. Mais beaucoup ont une vision assez floue de ce à quoi ils s’engagent. La caution est confondue à tort avec le dépôt de garantie. 

 

LIRE LA SUITE

 

 

2. Quand le nom ferme la porte du logement

 

Pour visiter un logement à Paris,mieux vaut s’appeler Julien Leroy qu’Ahmed Kaidi C’est la conclusion sans appel de l’étude révélée jeudi par la fédération de recherche Travail, emploi et politiques publiques (Tepp) du CNRS. Quatre chercheurs ont voulu savoir quelle était l’ampleur de la discrimination lorsqu’on cherchait une location dans le parc privé. Le résultat est édifiant : un nom à consonance française a trois fois plus de chance de recevoir une réponse positive qu’un nom à consonance maghrébine.

LIRE LA SUITE

 

 

3. Lille lance un office foncier contre la spéculation

 

Le dispositif permet aux revenus modestes d’accéder à la propriété et évite le retour du bien sur le marché privé. C’est une première en France : la ville de Lille lance, mardi 28 février, son organisme foncier solidaire (OFS), un dispositif innovant pour lutter contre la spéculation immobilière. Il s’agit de créer des logements en accession à la propriété, destinés aux ménages modestes et censés rester abordables à perpétuité, corrigeant un grave défaut des précédentes formules. 

LIRE LA SUITE

 

COPROPRIÉTÉ

4. Les charges de copropriété à la hausse

 

Le conseil syndical doit identifier les postes qui dérapent et agir. Les charges de copropriété vont-elles de nouveau flamber ? Selon l’ARC (Association des responsables de copropriété), leur montant a grimpé de 4 % en 2016, alors qu’elles étaient restées pratiquement stables en 2015 et avaient chuté (– 4,9 %) en 2014. Chaque copropriétaire débourse ainsi, en moyenne, 46,77 euros au m2 par an pour les charges communes de son immeuble. 

 

LIRE LA SUITE

 

 

CONSOMMATION LIÉE AU LOGEMENT

5. Rénovation énergétique : obligations et incitations

Les particuliers disposent d’un éventail de dispositifs pour financer des travaux de rénovation de leur habitat. Mais en bénéficier n’est pas si simple. Etat des lieux. Les travaux de rénovation énergétique préoccupent les pouvoirs publics. « Plus de la moitié des résidences principales ont été construites avant la première réglementation thermique de 1974, qui n’était pas très exigeante, explique Matthieu Paillot, directeur général de Teksial, et 68 % avant celle de 1981, qui a renforcé - un peu - les impératifs dans ce domaine.

 

LIRE LA SUITE

 

 

POLITIQUE DU LOGEMENT

6. La loi sur le Dalo reste encore mal appliquée

 

Il y a dix ans, le droit au logement opposable était promulgué. Une avancée sociale qui peine à être mise en place au quotidien. 58 000 ménages éligibles sont toujours en attente. Un anniversaire en demi-teinte. Le 5 mars 2007 était promulguée la loi sur le droit au logement opposable (Dalo). Selon les termes de ce texte, depuis cette date, toute personne menacée d’expulsion et n’étant pas en situation de se reloger par elle-même peut être reconnue prioritaire pour l’accès à un logement social. 

LIRE LA SUITE

 

 

Adhérez à la CGL

En adhérant à la CGL vous intégrez une organisation agréée par l’Etat comme organisation de défense des consommateurs qui représente les habitants et qui est présente dans plusieurs instances face aux bailleurs, promoteurs et pouvoirs publics.

SOMMAIRE :

 

LOCATIF : 1 locataire sur 5 a du mal à payer son loyer

ACCESSION : Le plan d’épargne logement est de moins en moins séduisant

ACTUALITÉ : Quid des logements vacants à Paris ?

> Abonnez-vous