LOGEMENT HLM

Les conditions de vie en HLM sont menacées

 

 

Une étude menée par la Confédération Générale du Logement sur la vie en HLM*, sur les thématiques de la sécurité, des prix et de l’hygiène révèle que les locataires sont majoritairement assez satisfaits de leurs conditions de vie.

 

Cependant, les nouvelles mesures en cours de négociation par le gouvernement risquent de bouleverser l’équilibre établi. Michel Fréchet, président de la Confédération Générale du Logement, revient sur ces mesures chocs qui seront au cœur des différents débats du congrès HLM qui se déroule actuellement à Lyon.

La suppression des aides à la pierre

 

Le gouvernement souhaite repenser le financement des logements sociaux en France, notamment avec la suppression des aides à la pierre, les subventions directes de l’Etat aux organismes HLM leur servant de fonds propres. Ces aides représentent actuellement 25% du budget HLM, cette suppression va donc avoir des conséquences sur les coûts de la construction des HLM qui sera en partie payée par les locataires eux-mêmes. En effet, le bailleur fixe le montant du loyer en fonction de l’emprunt effectué pour la construction. Plus les aides de l’état sont faibles, plus le montant de l’emprunt est élevé et les prix des loyers vont augmenter. Ainsi, les locataires eux-mêmes financeront les HLM. Selon l’Etat, cette mesure ne changera rien et sera compensée par d’autres financements, cependant, étant donné que cette aide ne sera plus encadrée par le Parlement, elle risque de disparaître peu à peu.

 

La réforme des aides au logement

 

Dans une politique de réduction des coûts, l’Etat entend diminuer la masse d’aide au logement qui est aujourd’hui de l’ordre de 17 milliards d’euros par an et concerne 6 millions et demi de ménages. Le gouvernement a évoqué plusieurs mesures qui pourraient être mises en place afin de réduire cette aide, notamment en resserrant les critères d’attribution. L’Etat pourrait rendre inéligible les étudiants rattachés au foyer fiscal de leurs parents ou supprimer les aides pour les personnes ayant un loyer trop élevé par rapport à leurs moyens. Une mesure vise également à supprimer les aides des familles ayant un patrimoine trop riche. Or, il est prouvé qu’un ménage peut posséder un patrimoine conséquent sans pour autant être considéré comme une famille aisée. Enfin, l’Etat pourrait mettre en place un dispositif d’écrêtement pour les ménages dont le taux d’effort est au-dessus du seuil établit. Le taux d’effort représente le montant maximal qu’un emprunteur peut consacrer au remboursement de prêts. Toutes ces mesures vont viser à faire baisser le montant des aides et exclurent certaines familles, y compris des locataires HLM déjà dans une situation précaire.

 

Mesure égalité et citoyenneté

 

Le projet de loi "égalité et citoyenneté" du gouvernement vise à baisser le nombre de personnes éligibles aux logements sociaux. Le gouvernement de Sarkozy avait déjà baissé de 10% le montant du revenu annuel minimum permettant d’obtenir un HLM, cette année, il serait question de baisser à nouveau ces revenus de 10%. Avec cette mesure, de nombreux ménages vont se retrouver au dessus du seuil et devoir payer un surloyer. Au bout de 18 mois, les personnes qui seront toujours au-dessus du seuil, devront quitter leur HLM pour retourner dans des logements privés. Les ménages concernés vont voir leur loyer augmenter de plusieurs centaines d’euros et cela risque d’engendrer des situations de précarité précarités qui pourraient même être catastrophiques.

 

Les conditions de vie des locataires, notamment en HLM, sont menacées. C’est pourtant en redonnant du pouvoir d’achat aux locataires, en luttant contre la spéculation dans le secteur privé et en conservant au secteur HLM sa vocation à recevoir toutes les catégories de population que l’on créera les conditions du mieux vivre ensemble. En s’attaquant au logement social pour tous, on programme la disparition progressive de notre modèle social.

*L’étude de la CGL sur la vie en HLM sera diffusée dans son intégralité très prochainement

 

A propos

Créée à l’initiative de l’Abbé Pierre suite à l’appel de 1954, la Confédération Générale du Logement (CGL), est une association indépendante agréée, pour la défense des consommateurs, et spécialisée dans le domaine du logement. Acteur incontournable du marché de l’immobilier, la CGL intervient sur de nombreux aspects et s’adresse à l’ensemble des usagers du logement : locataires, accédants à la propriété, copropriétaires, personnes en difficulté. Le Président de la CGL, Michel Fréchet et les nombreux juristes qui la composent, interviennent régulièrement sur diverses problématiques relatives au logement. Pour plus d’informations, consultez : http://www.lacgl.fr/

 

Adhérez à la CGL

En adhérant à la CGL vous intégrez une organisation agréée par l’Etat comme organisation de défense des consommateurs qui représente les habitants et qui est présente dans plusieurs instances face aux bailleurs, promoteurs et pouvoirs publics.

SOMMAIRE :

 

LOCATIF : 1 locataire sur 5 a du mal à payer son loyer

ACCESSION : Le plan d’épargne logement est de moins en moins séduisant

ACTUALITÉ : Quid des logements vacants à Paris ?

> Abonnez-vous