Accueil| Espace Médias| Communiqués de presse| Constat sur la crise de logement

Constat sur la crise de logement

Constats et solutions pour la crise du logement en France

La CGL enquête au près de 3 acteurs phares de l’immobilier

Actuellement, la crise du logement touche 10 millions de personnes en France. Propriétaires et locataires sont fragilisés par une économie et un marché instable qui touchent directement leur pouvoir d’achat. La Confédération Générale du Logement a souhaité faire une analyse de la situation en questionnant des acteurs phares du logement. ORPI, La Fondation Abbé Pierre et la Fédération Française du Bâtiment ont accepté de partager avec la CGL leur opinion sur la question.

Un constat sur le mal-logement en France

Les chiffres sur la crise du logement sont sans équivoque, 5 millions de personnes sont considérées comme mal-logées en France. Selon Christophe Robert, délégué de la Fondation Abbé Pierre, ces chiffres alarmants pointent du doigt le manque de volonté politique et sociale pour éradiquer ce fléau. « Nous avons affaire à un paradoxe » confie Christophe Robert, « d’un côté, on assiste à une fragilisation des ressources des ménages, une augmentation des travailleurs pauvres et des demandeurs d’emploi, et de l’autre un coût du logement qui ne cesse d’augmenter ». Le logement en France est globalement trop cher par rapport à la réalité des ressources et cela a un grand impact sur la société dans son ensemble. « Le marché du mal-logement est un marché d’équilibre faible, si on tire un peu trop sur le balancier, tout se bloque, c’est exactement ce qui s’est passé ces dernières années » ajoute Jacques Chanut, Président de la Fédération Française du Bâtiment. De plus, selon ce professionnel du bâtiment, la loi Alur a engendré un sentiment d’insécurité chez les propriétaires dont certains se sont retirés du marché de la construction. Les conséquences de cette baisse des investissements sur le marché du logement sont simples : s’il y a moins de constructions, il y aura moins de logements à la location. Un constat aussi remarqué par Bernard Cadeau, président de l’ORPI qui conclut « les demandes de logements ont augmenté considérablement ces dernières années, mais le parc de logement disponible, quant à lui, n’a pas suivi ».

Quelles solutions pour la crise du logement ? 

Pour contrôler au mieux les actions mises en place pour améliorer la situation, Christophe Robert de La Fondation Abbé Pierre, conseille de mettre en place un plan pluriannuel afin d’avoir une vision plus globale des financements à venir. Ce plan contiendrait un budget pour les logements sociaux, les maisons relais et la prévention des exclusions mais aussi pour accompagner davantage les propriétaires : « beaucoup de propriétaires seraient prêts – s’ils sont sécurisés au niveau des réparations et du prix des loyers - à jouer le jeu de la carte sociale » déclare ce professionnel du logement. Pour Jacques Chanut, de la Fédération Française du Bâtiment, la clef réside dans « l’inversion des courbes », faire baisser la fiscalité pour supprimer les aides. Peu à peu les choses pourraient revenir à la normal et l’investissement pourrait repartir. « Il faut se donner les moyens de construire davantage, là ou il y a beaucoup d’activité » déclare le président de l’ORPI. Le gouvernement évoque souvent les plans de constructions neuves, mais il faut aussi axer les financements sur les rénovations. Des centaines de milliers de logements, aujourd’hui, ne peuvent pas être loués car ils ne sont pas aux normes ou ne donnent pas envie. Des financements pourraient permettre de réduire les logements vacants dans le parc ancien disponible.

 

Adhérez à la CGL

En adhérant à la CGL vous intégrez une organisation agréée par l’Etat comme organisation de défense des consommateurs qui représente les habitants et qui est présente dans plusieurs instances face aux bailleurs, promoteurs et pouvoirs publics.

SOMMAIRE :

 

LOCATIF : 1 locataire sur 5 a du mal à payer son loyer

ACCESSION : Le plan d’épargne logement est de moins en moins séduisant

ACTUALITÉ : Quid des logements vacants à Paris ?

> Abonnez-vous